Chants

Chants

Santibate, jaun-andere

Pierre Duny-Petre classe « Santibate, jaun-andere » parmi les chansons de quête (Xirula-Mirula, 2011). Elle est à rapprocher des aubades déjà connues comme l’aubade de Larrau (Cf l'article dans Bilketa).

  • Voir le texte en français

    Chanson de quête de carnaval. Couplets donnés par mon oncle Marttinttu Larralde de Louhossoa vers 1935.

    Aurkezpena eta galdera

    1
    Santibate Jaun-Andere
    Aurten bezala gero ere
    Santibatek igortzen gitu
    Xingarketa gu ere.

    2
    Jinak gitzu urrundik
    Bidean dembora emanik
    Ihauteria dela entzunik
    Etxe guzietarat ibilik.

    3
    Ez gabiltza ederrez
    Ez eta ere beharrez
    Kostuma xaharren ustez
    Erreprotxien beldurrez.

    4
    Ez dugu nahi urdia
    Ez eta ere erdia
    Usaia gatik kostuma gatik
    Gerren hunen bethia
    Var.: Liberako zatia.

    5
    Ez dugu nahi tripotik
    Bertzian izan ez denik
    Ustez eta trompa gaitezen
    Var. Beldurrez eta trompa gaitezen
    Urde kakaz eginik.

    Etxek’ andereari lausenguak
    6
    Etxean eder gerrena
    Etxek’ andere lerdena
    Jure erhiko erhaztuna
    Hastaz eros niro Baiona.

    7
    Etxean eder gortzeiru
    Dabiltzanian inguru
    Etxe huntako etxek’ anderea
    Parabisuan aingeru.

    8
    Etxean eder ohako
    Haurra sortzen deneko
    Etxe huntako etxek’ anderea
    Zaldiz elizarako
    Eta zilar kadiran jarriko.

    8 bis, aldaera
    Etxek’ andere baliosa
    Haur ukaiten duzularik
    Haur ukaite urusa
    Eta zure haurrekilan promenatzeko
    Urrezko karrosa.

    9
    Landan eder ilharra
    Haren pian belharra
    Etxe huntako etxek’ anderea
    Zer emazte zilharra.

    10
    Etxean eder ferreta
    Haren gainean kaneta
    Etxe huntako etxek’ anderea
    Zer emazte plaxenta.

    Nausiari erdi lausenga erdi mehatxu
    11
    Etxean eder haitzurra
    Nagusi bilo izurra
    Kolpuño bat eman ezaguzu
    Busti dezagun zintzurra.

    12
    Kadiran zaude jarririk
    Koloreak gorririk
    Guri xingarraren emaiterat
    Jeiki bazinte hortik.

    12 bis, aldaera
    Tolos eta Baiona
    Jinkoak dautz’ egun huna
    Guri xingarraren emaiterat
    Jeiki bazinte hunat.

    Eskerren bihurtzea
    13
    Eman duzu nobleki
    Kompañiak ere badaki
    Parabisuan sar zaitela
    Hamabi aingeruekin
    Hamabi aingeruekin
    Eta zure familiarekin.

    Deus ez dutelarik ukaiten
    14
    Goazen goazen hemendik
    Hemen ez duk xingarrik
    Etxe huntako gazitegian
    Saguak umiak hazten tik.

    15
    Etxean eder aihotza
    Etxek’ andere hoin hotza
    (edo hortz motza)
    Suburdinaz hautsiko ahal dun
    Sudur eta kokotza
    Var. Suburdinaz hauts ditzazula
    Sudur eta kokotza

     

  • Euskarazko testua ikusi

     

     

    Présentation et demande

    1
    «Santibate» Monsieur, Madame,
    Comme cette année et plus tard aussi,
    «Santibate »  nous envoie
    Quémander du lard nous aussi.

    2
    Nous sommes venus de loin
    Ayant passé du temps en chemin,
    Ayant entendu que c’était Carnaval
    En passant dans toutes les maisons.

    3
    Nous n’allons pas à la recherche du beau,
    Et non plus par besoin.
    Croyant aux vieilles coutumes
    Et de peur de reproches.

    4
    Nous ne voulons pas le cochon
    Et non plus la moitié.
    Suivant l’usage, la coutume,
    Cette broche (de la cheminée) pleine
    ou Un morceau d’une livre.

    5
    Nous ne voulons pas de boudin
    Qui n’a pas été fait dans le chaudron.
    Croyant qu’on puisse nous tromper
    ou De peur qu’on nous trompe
    (qu’il soit) fait avec du «caca» de cochon.

     

    Compliments à la maîtresse de maison
    6
    Dans la maison, belle (est) la broche (de la cheminée)
    Maîtresse de maison agile,
    Avec la valeur (poids) de la bague de votre doigt,
    Je pourrais acheter Bayonne.

    7
    Dans la maison (devant), beau (est) le tas de fumier
    Quand j’en fais le tour.
    La maîtresse de cette maison
    (est) Un ange de paradis.

    8
    Dans la maison, beau (est) le berceau
    Pour quand l’enfant naîtra.
    La maîtresse de cette maison
    (va) A cheval à l’église
    Et s’assiéra sur une chaise d’argent

    8bis, variante
    Maîtresse de maison précieuse,
    Quand vous aurez un enfant,
    (ayez) Un accouchement heureux
    Et pour vous promener avec vos enfants,
    Un carrosse d’or.

    9
    Dans le champs, beau (est) le haricot
    Et au-dessous de l’herbe.
    La maîtresse de cette maison
    Quelle femme soigneuse! (d’argent).

     

    10
    Dans la maison, belle (est) la ferreta
    Et au-dessus la louche.
    La maîtresse de cette maison
    Quelle femme agréable!

    Au maître, moitié compliments, moitié critiques
    11
    Dans la maison, belle (est) la pioche.
    Maître aux cheveux frisés,
    Donnez-nous un petit coup
    Que nous mouillions notre gosier.

    12
    Vous êtes assis sur votre chaise
    Le teint rouge.
    Pour nous donner du «xingar»,
    Si vous vous leviez de là.

    12bis, variante
    Tolosa et Bayonne
    Que Dieu vous donne un bon jour.
    Pour nous donner du "xingar",
    Si vous vous leviez ici.

    Remerciements
    13
    Vous avez donné généreusement
    La compagnie le sait aussi
    Que vous entriez au paradis
    Avec douze anges.
    Avec douze anges
    Et votre famille.


    Quand ils ne reçoivent rien
    14
    Partons, partons, d’ici
    Ici tu n’a pas (il n’y a pas, tutoiement) de xingar
    Dans le saloir de cette maison
    La souris nourrit ses petits.

    15
    Dans la maison belle (est) la serpe
    Maîtresse de maison si froide
    (ou dent cassée)
    Avec la barre du foyer tu pourras te casser
    Le nez et le menton.
    Avec la barre du foyer que vous vous cassiez
    Le nez et le menton.

     

    Texte et traduction Xirula-Mirula, 2011, p. 137

 

Le déserteur, Auguste Etcheverry, 1880

Voir l'article : http://www.bilketa.eus/fr/collections/notre-selection/1618-auguste-etcheverry-cordonnier-de-sare

  • Voir le texte en français

    Deserturra

    Biziaren primaderan harmetara gaitea
    Zorigaitzik dorpheena zitzautan yasaitea.
    Desertatuz uste nuen hobeki izaitea:
    Penxamendu zoroa, hic egin naikan kaltea

    Buru-kolpe ixua, hik egun batzuengatik
    Sekulako zertako nauk galarazi herritik,
    Aita ama haurrid eta adichkiden artetik,
    Gehiago othe naitek ikusiren bizirik.

    Gaizkirik dengutíena egin gabe nihori,
    Gachtagirik handiena naizela dut iduri.
    Zer malhura, gehiago etzautala zilhegi
    Agur baten erraitera nere sor-lekuari!

    Nere baitan gozo onik orai ez da sekulan,
    Bihotzeko har batekin izpiritua alhan,
    Amexetan ere bethi mugarrien ikaran,
    Bethi beldur aintzinegi sangoa sar dezadan.

    Gauaz eta egunaz dut begien aitzinean
    Sor-etzhola nere hura larrain bichkar batean;
    Bichta-bichtan hantche dago ithurri bat aldean,
    Oh! nik nuen zoriona han bizi nintzenean.

    Non zaituztet, mendi urdin, chirripa ithurriak,
    Nere behi, ahuntz eta ardi bizkar guriak;
    Non lehengo nere bide, chingola iduriak,
    Amex histu bat neretzat zaretenak guziak.

    Besta egun herrikoan nere gazte lagunak
    Chirola yoz, badohatzi kantuz plazara denak:
    Gaur pilotan, bihar dantzan hekien atseginak.
    Ni, hetarik urrundua, zer nere bihotz minak!

    Oh ezkila! hi neretzat lehenik yo huena,
    Hik orobat yoko bahu nere azken orena!
    Hire itzalean nian bizirik urosena,
    Aditzean mendi hetan hire hax-beherena.

    Nere ama orai urrun, kausitzen dut niganik;
    Gehiago ez dut hemen aren begitarterik.
    Ni hor, ez adichskide bat nitaz artha duenik;
    Ni hor, nere oinazetan konsolatzen nauenik.

    Hemen yende arrotzetan ni hiltzen naizenean,
    Bihotz minik gabe naute ezarriren lur-pean.
    Nork daut gero, noiz edo noiz, orhoitzapen batean,
    Loretto bat pausaturen nere tomba gainean.

    Bozkarioz bizitzera, ukaturik herria,
    Desterrura bertze behien ez nindake abia.
    Bai ondikotz! kiraxa zait desterruko ogia
    Hemen ezin bertzean dut higaturen bizia!

    Ur-chirripa ez da kaltzen nihoiz bere ohetik,
    Ez eta ere, harroka, sorthua den menditik.
    Hek bezala sor-lekuaz amodio izanik
    Zuhur denak kanta beza bethi bere herritik.

  • Euskarazko testua ikusi

    Deserturra (le déserteur)

    Faire l’armée au printemps de ma vie
    Me semblait le pire des malheur à subir
    Je pensais être mieux en désertant :
    Folle pensée, c’est toi qui m’as fait mal !

    Coup de tête aveugle, toi pour quelques jours
    Pourquoi m’as-tu éloigné du pays pour toujours,
    Du près de mes parents, fratrie et amis,
    Me verront-ils un jour en vie.

    N’ayant fait le moindre mal à quiconque,
    Il  faut que je sois le plus grand malfaiteur.
    Quel malheur, qu’il ne me soit plus autorisé
    De saluer ma terre natale !

    Il n’y a plus jamais de douceur en moi,
    D’esprit vaguant sur une prise du cœur,
    Même en rêve j’ai peur des bornes frontières,
    Toujours peur de rentrer un pied trop en avant.

    Nuit et jour j’ai devant les yeux
    Ma maison natale sur le versant d’un port;
    Bien en vue avec une fontaine sur le côté,
    Oh! Le bonheur que j’avais quand j’y vivais.

    Où vous ai-je, monts bleus, maigres sources,
    Mes vaches, chèvres et brebis au dos tendre ;
    Où mes anciens chemins, tels des rubans,
    Qui n’êtes plus pour moi qu’un rêve éteint.

    Mes jeunes amis des fêtes de village
    Jouant de la flûte, tous vont en chantant sur la place :
    Aujourd’hui à la pelote, demain dansant leur plaisir.
    Moi, loin d’eux, quelle douleur au cœur !

    Oh la cloche ! Toi qui sonnas d’abord pour moi,
    Si tu pouvais être celle qui sonnera ma dernière heure !
    À ton ombre j’avais la vie la plus heureuse,
    En entendant dans la montagne ton son grave.

    Ma mère que maintenant je trouve loin de moi ;
    Je n’ai plus ici son visage.
    Moi ici, sans un seul ami pour prendre soin de moi ;
    Moi ici, pour me consoler dans mes peines.

    Quand je mourrais ici au milieu d’étrangers,
    Ils me mettront sous terre sans peine.
    Qui, dans un souvenir, un jour,
    Posera une fleur sur ma tombe.

    Vivre dans la joie, en ayant renié le pays,
    Je ne repartirais pas déserteur.
    Oui hélas ! le pain du déserteur m’est aigre
    Ne pouvant faire autrement j’use ma vie ici !

    Le filet d’eau ne se perd jamais de son lit,
    Ni la roche de la montagne où elle est née.
    Ayant comme eux l’amour du pays natal
    Que le sage chante toujours de chez lui.

Le chien de la dame, Auguste Etcheverry, 1866

Voir l'article : http://www.bilketa.eus/fr/collections/notre-selection/1618-auguste-etcheverry-cordonnier-de-sare

  • Voir le texte en français

    Anddere xakhurra

    Adin gaztetik anddere xakhur bat zen
    Etxeko andre on batekin egoten,
    Bere graziez zion plazer egiten,
    Tretu ederrez zuen bethi ohoratzen,
    Haren parerik kausitzea pena zen.

    Andreak aldiz zuelakotz maithatu,
    Eta gogoan zuelakotzat hartu,
    Gauza goxoez nahi zuen bazkatu,
    Etzauntza guriak harentzat pharatu,
    Horretan zuen egin xakhur gastatu.

    Xakhur minunak bazituen pixkotxak,
    Pastiza puxkak, onkeriak, gauz'onak,
    Mundu huntako mainak eta karezak,
    Segur ederrak ziren haren egunak,
    Hola pasatu balituzke azkenak.

    Bainan denbora gutiko zen bonurra,
    Haren ondotik ethorri zen malurra,
    Ama xakhurra zenean hil hobira,
    Triste gelditu zen anddere xakhurra,
    Hezearen ondotik zuen idorra.

    Ama on hura zutenean ehortzi,
    Harren uneak partilan ziren hasi,
    Helas! xakhurra kanpoan zen ezarri.
    Eta ogi beltzetik eman janhari,
    Aitzinekotik ganbio zen ikusi.

    Bigarren ama bat izateko orde,
    Xakhurrak nausi bortitz bat zuen jabe,
    Ordutik zuru gora zuen atherbe,
    Bai eta lurra beretakotzat ohe,
    Gizenetik bilhakatu zen bai mehe.

    Estatu hortan zagonean nigarrez,
    Aditua zen zenbait xakhur lagunez
    Laster jin ziren kosolatu beharrez,
    Eta galdetu eri zenez suertez,
    Malurrak erran ziozkaten auhenez.

    Ikusliarrak hau aditzearekin,
    Mintzatu ziren guziak boz batekin,
    Erranez zinki: ez zutela zer egin;
    Hola bizitzeaz zutela atsegin,
    Hortakotz behar zela usaia egin.

    Anddere xakhur humilak aithormena
    Egin zioten ahalik laburrena,
    Erranez gaitzes zuela aiphamena
    Gauza goxoen, bai eta guriena,
    Hura maluraz bilhakatu zuena.

    Menturaz zenbait populuen artean,
    Kausitzen dire kasu hortan berean.
    Besta guziez, goizetik arratsean,
    Pulunpatzen direnak deboxkerian,
    Oro xiflatu eta penitzentzian.

  • Euskarazko testua ikusi

    Anddere xakhurra (le chien de la dame)

    Depuis tout jeune il était un chien à sa dame
    Restant avec une bonne maitresse de maison
    Il lui faisait le plaisir de ses grâces
    Il l’honorait toujours de jolis gestes,
    Trouver son semblable était difficile.

    Mais parce que la dame l’avait aimé,
    Et qu’elle le gardait dans son esprit,
    Elle voulait le nourrir de bonnes choses,
    Lui préparer de molles litières,
    C’est ainsi qu’elle avait gâté le chien.

    Le chien mignon avait des biscuits,
    Des morceaux de gâteau, des bonbons, de bonnes choses,
    Les manières et les caresses de ce monde,
    Et c’est ainsi qu’il comptait passer ses derniers jours.

    Mais son bonheur ne dura que peu,
    À sa suite était venu le malheur,
    Quand la mère fut emmenée à la tombe,
    Triste était resté le chien de la dame,
    Après la moiteur venait l’aridité.

    Quand ils enterrèrent sa bonne mère,
    Et qu’ils se partagèrent ses biens,
    Hélàs ! Le chien fut mis dehors
    Et fut nourri de pain noir,
    Il senti le changement.

    Au lieu d’avoir une seconde mère,
    Le chien eu un maitre violent,
    Il n’eut pour lors que le ciel comme abri
    Ainsi que le sol en guise de lit
    De gras il était devenu maigre.

    Tandis qu’il pleurait sur son sort
    Il fut entendu de quelques amis chiens
    Qui vinrent le consoler,
    Et après qu’ils lui eurent demandé s’il était malade,
    Il leur raconta ses malheurs en gémissant.

    Les auditeurs entendant cela
    Parlèrent d’une seule voix,
    Disant franchement qu’ils ne pouvaient rien faire
    Qu’ils aimaient vivre ainsi
    Et qu’il devrait s’y habituer.

    À l’humble chien à sa dame ils firent l’aveu
    Le plus brièvement possible,
    Qu’il renonce à l’idée
    Des choses douces, ainsi que des douces,
    Qui l’avaient rendu malheureux.

    Peut-être parmi les gens,
    Ils y en a dans le même cas.
    Qui après toutes les fêtes, du matin au soir,
    Àse vautrer dans la débauche,
    Ont tout dilapidé et font pénitence.

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article